vegetarianism
Reading Time: 3 minutes

Dans une étude récente, les chercheurs britanniques examinés le lien entre le végétarisme et les symptômes de la dépression chez les hommes.

Les bienfaits du végétarisme sur les différents aspects de la santé sont bien connus, mais ce n’est pas clair quel impact le végétarisme a sur la santé mentale. Différentes études ont tenté de répondre à cette question et plusieurs ont indiqué que la dépression est plus commune chez les végétariens. C’est possible que plusieurs groupes alimentaires exclut par les végétariens – tels que les viandes rouges, le poisson et les œufs-  contient les nutriments essentiels pour un cerveau en bonne santé et qui joue un rôle dans la lutte contre la dépression. Un manque de ce nutriment important peut contribuer au risque accru rapporté de la dépression chez les végétariens.

La dépression touche plus que l’individuel qui souffre. La dépression non seulement chez les mères, mais aussi des pères peut avoir des effets négatifs sur le développement des enfants. Puisque les chercheurs ont concentré sur les différents aspects de la dépression chez les mères peu est connu au sujet de la dépression chez les pères. Une étude britannique publiée dans le Journal of Affective Disorders, examiné si le végétarisme était associé à un risque accru de dépression en 9,688 hommes avec des partenaires au début de la grossesse.

Les données obtenues par le Avon Longitudinal Study of Parents and Children (l’Étude longitudinal Avon sur les parents et les enfants) une étude continue de cohorte sur la population. Les pères – d’être ont complété une série de questionnaires auto-administré. Ces questionnaires ont fourni des détails concernant le régime alimentaire (soit végétarien, végétalien ou omnivore) et plusieurs caractéristiques démographiques et psychosociales. Cela était utilisé pour déterminer l’état dépressif de ces hommes, dont les résultats plus de dix indiquent une haute probabilité de dépression légère ou modérée et les résultats plus de douze indiquent de dépression grave.

Les végétariens compromis 3.6 % de la population cohorte (311 végétariens et 39 végétaliens). Les données montrant que les hommes végétariens étaient plus susceptibles de souffrir de dépression que leurs homologues non-végétarien, même après avoir procédé aux ajustements démographiques et psychosociales. Il convient remarquer que plus d’hommes végétariens recevait des résultats plus de dix sur l’Échelle de dépression postnatale d’Édimbourg, ce qui indique qu’ils étaient plus en risque de dépression légère ou modérée que les hommes non-végétarien. Les auteurs ont aussi remarqué une tendance entre la durée que ces hommes ont suivie un régime végétarien et les résultats de dépression élevées, bien que ce résultat ne soit pas statistiquement significatif.

Tandis que les auteurs étaient capables a démontré un lien entre le végétarisme et la dépression chez les hommes adultes, plusieurs questions demeurent sans réponse. Tout d’abord, les individus ont des définitions du végétarisme différent, ce qui se retrouve dans leurs choix alimentaires. Certains végétariens pourraient choisir de manger du poisson et d’autres pourraient choisir de manger les œufs. Alors, l’apport alimentaire des nutriments essentiels au cerveau peut varier considérablement entre les individus végétariens, ce qui fait difficile tirer des conclusions de si les nutriments spécifiques ont contribué aux données de l’étude. Malheureusement, les profils personnels sur la nutrition n’étaient pas disponibles pour cette étude.  Le prochain point est qu’il existe la possibilité que le lien entre le végétarisme et la dépression n’a rien à faire avec l’alimentation. C’est bien connu que les préférences alimentaires et l’appétit peuvent changer chez les individus avec des tendances dépressives, alors, quand un individu expérience plus de symptômes de dépression, ils pourraient choisir un régime végétarien.

Cette étude est la première étude importante à montrer un rapport entre le végétarisme et la dépression chez les hommes.  Les auteurs mettent en avant que ces données ne démontrent pas si ou sinon le végétarisme augment ou réduit le risque de dépression, ou comment cela affect la santé mentale et la bien-être. Ils suggèrent qu’un essai aléatoire et contrôlé contre placebo devrait être entrepris pour examiner si des nutriments ou de la nourriture en particulier influence la dépression.

 

Écrit par: Natasha Tetlow, PhD
Traduit par: Paige Ross

Référence: Hibbeln JR, Northstone K, Evans J and Golding J. Vegetarian diets and depressive symptoms among men. J Affect Disord. 2018; 225:13-17.

Facebook Comments

How much did this article help your understanding of this health condition?

0 1 2 3 4 5