cholesterol tests

Dans un article récent, on discute si les médecines devraient commencer à utiliser les tests d’apo B au lieu des bilans lipidiques afin de mesurer le risque de maladies cardiovasculaires.

Sur la base des directives actuellement en vigueur, le bilan lipidique fera le point sur les taux du HDL-cholestérol (lipoprotéines de haute densité) et LDL-cholestérol (lipoprotéines de basse densité). Les conclusions d’études récentes révèlent que d’autres marquers du cholestérol peuvent peut-être indiquer mieux une vulnérabilité aux maladies cardiovasculaires. Cet examen abordable est l’analyse d’apolipoprotéine (apo B). Un article récemment publié dans Science décrite un soutien croissant pour l’analyse d’apo B au lieu de s’appuyer sur les taux de cholestérol standards.

Le Dr Sniderman, un cardiologue à l’Université de McGill, soutient que les bilans d’apo B de routine (coûtant aussi peu que 20 $) permettrait d’identifier des millions de patients qui pourraient bénéficier des thérapies qui aident à abaisser le taux de cholestérol plus de bilans lipidiques de routine, en plus de diminuer le nombre de personnes qui sont traités inutilement. De plus, les analyses des apolipoprotéines pourraient mieux identifier des personnes à risque de crise cardiaque que les bilans lipidiques pourraient manquer. Une étude menée en 2009 a révélé qu’un demi des patients admis à l’hôpitaux à la suite d’une crise cardiaque avaient de concentrations normales ou faibles de LDL-cholestérol.

Le Dr Sniderman et ses collègues ont étudié l’importance des protéines d’apo B pendant des années et leurs récents découvertes ont une fois encore confirmé leurs résultats. Un de leur études qui compare des personnes ayant de differents niveaux d’apo B, mais la même mesure de LDL-cholestérol à souligner l’importance de mesurer cette protéine. Selon les conclusions du Dr Sniderman et ses collègues, aux États-Unis les patients qui ont les taux élevés en apo B sont trois millions plus de risque de subir les événements cardiovasculaires pendant les prochaine 15 ans que ceux qui ont des taux normal d’apo B.

En appuie à ces conclusions, le Dr Daniel Rader, un lipidologue à l’Université de Pennsylvania mention que le LDL-cholestérol n’est plus que le prédicteur principal des événements cardiovasculaires.

Cependant, ces conclusions sont encore controversées. Scott Grundy soutient qu’il y a de nombreuses sources qui indiquent qu’en effet, l’apo B n’est pas beaucoup mieux à prédire que le LDL-cholestérol. De plus, les modifications aux lignes directrices demandent inévitablement du temps.

Ceux qui croient que l’apo B est une substitue adéquate pour le LDL-cholestérol convenons que le LDL est une bonne analyse 85 % du temps, mais ils voulaient maximiser la valeur prédictive de l’analyse pour améliorer ce pourcentage. Les chercheurs acceptent que, tandis que le taux du LDL est un bilan important, puisque nous avançons des bilans plus précises et personales, comme l’apo B, soient requis.

 

Écrit par Nima Makdami, M.D.
Traduit par Paige Ross

Références : Leslie, Mitch.(2017, December 15th). Is it time to retire cholesterol tests?. Retrieved from: http://www.sciencemag.org/news/2017/12/it-time-retire-cholesterol-tests doi:10.1126/science.aar6854

Facebook Comments