endurance exercises

Une étude récente mener en Iran examine la relation entre l’entraînement en endurance et le diabète de type 2 chez les femmes en surpoids.

Un des problèmes de santé les plus répandus dans le monde est l’obésité. Le diabète de type 2 est une maladie métabolique associée à l’obésité. De plus, le diabète de type 2 est censé être causé par l’activation de l’immunité innée. L’immunité innée est la première ligne de défense du corps contre les infections qui peut être activé immédiatement après que les agents pathogènes attaquent. Un agent pathogène peut être un virus, une bactérie, un parasite ou des autres espèces étrangers. Quand le système d’immunité innée est activé elle sert d’une barrière contre les pathogènes entrant le corps, et limite la prolifération et la circulation dans le corps.

La protéine D du surfactant (SP-D) est une protéine spécifique à les poumons avec les effets importants antimicrobien et anti-inflammatoire. Les études antérieures indiquent que les niveaux sériques hautes en SP-D étaient associés aux mortalités cardio-vasculaires.  En revanche, il a été prouvé que le SP-D systémique diminuer dans les diabètes de type 2 et que c’est associé positivement à la sensibilité à l’insuline et est associé négativement à l’obésité. Diminuent les niveaux des protéines SP-D sériques du diabète de type 2 peut être liée à l’obésité, l’inflammation et la résistance contre l’insuline, pourtant que les mécanismes exacts en cause demeurent inconnus.

L’exercice physique est considéré comme une stratégie de prévention et/ou traitement de diabète de type 2. Les patients obèses avec diabète de type 2 focalisent en général sur la mise en œuvre de l’entrainement en endurance. Les objectives métaboliques telles que la perte de poids, l’amélioration de la sensibilité à l’insuline et le métabolisme du glucose montre amélioration quand les patients participent à l’entraînement en endurance.

Une étude nouvelle, publié en Diabetology and Metabolic Syndrome, examiner la relation entre les exercices d’endurance et le SP-D en diabète.  L’étude penchée spécifiquement sur les effets possibles d’un programme d’entraînement en endurance de dix semaines sur les niveaux sériques de SP-D, le profil lipidique, le glucose, la leptine et la résistance à l’insuline chez les femmes obèses avec diabète de type 2.

Rezaei et collègues attribués au hasard vingt femmes obèses avec diabète de type 2 à soit un programme d’entraînement en endurance soit au groupe contrôle. Au départ, 50 individus étaient éligibles, mais seulement 22 ont accepté de participer à l’étude.  Cependant, un sujet de chaque groupe avait abandonné avant le début de la formation.

Le groupe d’entraînement physique suivi un programme d’entraînement en endurance pendant dix semaines, ce qui inclut courir sur un tapis roulant pour 30-55 minutes par jour à 50 % – 75 % mesure du rythme cardiaque. D’autre part, le groupe contrôle ne participent en aucun programme d’exercice. Ensuite, les échantillons de sang ont été collectés avant et après 72 heures après leur dernière séance de l’entraînement. Les échantillons de sang ont été ensuite utilisés pour analyser le SP-D sérique, la leptine, le profil lipidique, le glucose et les taux d’insuline.

Les résultats indiquent que les niveaux SP-D diminuent après l’entraînement physique induit une réduction significative des taux sériques du SP-D chez les femmes obèses avec le diabète de type 2 ainsi que l’amélioration de la physique cardio-vasculaire. Il se peut qu’il y en ait d’autres facteurs jouent un rôle dans la diminution des taux sériques de SP-D, tels que le régime alimentaire et le mode de vie, les futures recherches devront prendre en compte ces facteurs. Les futures recherches devront inclure plus de participants pour achever un meilleur échantillon pour chaque groupe.

En conclusion, l’entraînement en endurance a grandement réduit les niveaux de SP-D chez les femmes obèses diabétiques. Cette étude était le premier à examiner la relation entre les niveaux SP-D et le statu diabétique et les résultats comportent des répercussions importantes pour le traitement du diabète de type 2.

 

Écrit par Alexa Deano
Traduit par Paige Ross

Sources:

Rezaei S., Shamsi M. M., Mahdavi, M., Jamali, A., Prestes, J., Tibana R. A., Navalta, J. W., & Voltarelli, F. A. (2017). Endurance exercise training decreased serum levels of surfactant protein D and improved aerobic fitness of obese women with type-2 diabetes. Diabetology and Metabolic Syndrome, 9:74.

Innate immunity. (2017). Retrieved from https://www.khanacademy.org/test-prep/mcat/organ-systems/the-immune-system/a/innate-immunity

 

Facebook Comments

How much did this article help your understanding of this health condition?

0 1 2 3 4 5