dietary supplement use

Environ 50 % de la population adulte des États-Unis, en particulière les personnes âgées, consomme les compléments alimentaires dans le but d’améliorer la santé et le bien-être. Une étude récente examine les conséquences des compléments alimentaires sur l’état de la santé chez les aînés.

Les mauvaises habitudes alimentaires coïncident souvent avec la détérioration des conditions de santé et peuvent être dûs aux problèmes financiers, sociales et sanitaires qui affectent les adultes de plus de 60 ans. Plusieurs adultes âgés donc utilisent les compléments alimentaires pour atteindre l’apport nutritionnel recommandé des micronutriments, ce qui peut causer des problèmes sanitaires sérieux.  La consommation des compléments alimentaires peut subir l’apport maximal tolérable recommander alors que la nourriture soit déjà enrichie des micronutriments. De plus, quand les compléments alimentaires soient combinés avec les médicaments prescrits les effets des médicaments et des compléments alimentaires peuvent avoir des effets nocifs sur la santé. La consommation des compléments alimentaires devrait donc être surveillé, néanmoins, l’usage des compléments alimentaires est rarement partagé avec les professionnels de la santé.

Dans une récente étude publiée en The Journal of Nutrition, les chercheurs ont examiné le haut usage des compléments alimentaires chez les plus âgées aux États-Unis et si certains sous-groupes ont plus de tendance à consommer les suppléments. Les chercheurs ont considéré comment plusieurs données démographiques (le sexe, l’âge, la race, l’éducation et le revenu), style de vie (mode de vie active, tabagisme, la consommation d’alcool), et les facteurs de la santé (le statu de la santé et d’assurance, les médicaments prescrits pris dans les dernières 30 jours) influence la consommation des compléments alimentaires d’un cohorte de 3,469 adultes de 60 années ou plus. La fréquence et motivation pour l’usage des compléments alimentaires pendant 30 jours avaient également été estimées.

Au cours d’une période de 30 jours une grande portion (70 %) des aînées consumé au moins un complément alimentaire, souvent en forme des multivitamines ou minérales, des vitamines B ou D et des acides gras oméga-3. La plupart, (plus de 79 %), les consommaient sur une base quotidienne. Une proportion d’individus élevée consomme les suppléments en même temps que plus de trois médicaments prescrits (73 %). En général, les femmes ont tendance à consommer les compléments alimentaires plus que les hommes.

En particulier, les individus des milieux socio-économiques défavorisés avec de mauvaises habitudes de vie et santé étaient moins probables d’utiliser les compléments alimentaires, quand même qu’ils bénéficieraient le plus de ces suppléments. Les blancs non-hispaniques et celles d’un milieu asiatique avaient plus de tendance à consommer les compléments alimentaires avec le but d’améliorer leur santé au lieu de supplémenter leur régime alimentaire.

L’enjeu principal associé à la supplémentation alimentaire est que la plupart des individus qui prenant les médicaments prescrits ne demande pas conseil de leurs professionnels de la santé. Dès que si grande portion des individus consomme les médicaments prescrits et les compléments alimentaires concurremment, l’importance d’avoir les professionnels de santé suivent l’usage des compléments alimentaires ne saurait être trop souligné.

 

Écrit par : Natasha Tetlow
Traduit par : Paige Ross

Sources: Gahche JJ, Bailey RL, Potischman N, et al. Dietary supplement use was very high among older adults in the United States in 2011-2014. J Nutr. 2017. Available from: doi.10.3945/jn.117.255984.

 

Facebook Comments