yoga for PTSD
Reading Time: 3 minutes

Une étude récemment publiée en BMC Psychiatry analyse le yoga comme traitement complémentaire en une intervention psychothérapeutique pour le SSPT.

Le symptôme de stress post-traumatique est une préoccupation de la santé publique avec une prévalence mondiale de 6.1 %. Les expériences traumatiques entraînent le SSPT, souvent chez les victimes de violence, ceux qui ont survécu à des guerres ou des désastres naturels, les vétérans et les victimes de violence ou d’agression sexuelle. Les personnes souffrant le SSPT re-expérience les perturbations de la stimulation, la cognition, l’évitement et les troubles d’humeurs. Un nombre d’approches psychologiques et pharmaceutiques sont employées dans le traitement de cette condition. La psychothérapie est utilisée comme traitement de première ligne. Cependant, une grande portion de la population celles affectées ne sont pas ouvertes à l’approche psychothérapeutique, ce qui fait important le besoin pour les traitements complémentaires. Un article récemment publié dans le journal BMC Psychiatrya examiné d’autres études mené par les chercheurs en allemand pour étudier l’effet du yoga sur le SSPT.

Comment peut le yoga améliorer les symptômes du SSPT ?

Le yoga traditionnel est une combinaison entre les approches spirituelles et philosophiques et est une moyenne holistique pour intégrer l’âme, l’esprit et le corps.  Le yogaà était utilisé comme traitement complémentaire pour de nombreux conditions incluent l’anxiété généralisée, une psychose et la dépression. L’activité physique est un élément important duyoga; on croit qu’il réduit le stress et augment l’activité du système nerveux parasympathique. Le yoga affecte de manière directe alors, la région du cerveau appelé l’amygdale, établir un équilibre dès qu’il fonctionne sur la région parasympathique du cerveau. La région parasympathique du cerveau est celle-lui qui est responsable d’apaiser le corps et crée une réaction opposéeaux réponses stimulées de préparation au combat ou à la fuite qui sont souvent provoqués chez les patients atteints du SSPT.

Le yoga pour le SSPT peut avoir les bénéfices biologiques et psychologiques

On croit que l’impact du yoga chez les personnes souffrent du SSPT est biologique et psychologique. Le yoga entraîne le calme en impliquant les techniques de la détente, de la méditation et la respiration.  L’attention consciente présent dans le yoga permet à l’individu de prêter attention à et d’identifier les émotions désagréables et souvenirs dans un milieu sécuritaire, sans jugement. Ceci favorise un mieux-être psychologique pour ceux qui souffrent de SSPT. Cette étude est une revue menée en utilisant les lignes directrices ‘PreferredReporting Items for SystematicReview and Meta-analysis (PRISMA)’ et les recommandations de la Collaboration Cochrane.

L’étude incluaient des adultes diagnostiqués du SSPT par un instrument administré par un clinicien ou par un instrument d’auto-évaluation validé. Les participants atteints des troubles mentales ou des déficiences physiques morbides étaient inclus. Les études étaient inclusesdans la revue n’importe quel type du yoga, la fréquence de la pratique, la durée du programme d’intervention ou duré des sessions de yoga. Les interventions contrôlées ont inclus des essais contrôlés aléatoires pour comparer le yoga à aucun traitement ou le contrôle d’attention. Des études dont les interventions coordonnées été employées, tels que la pharmacothérapie, étaient utilisés tant que les participants recevaient la même intervention coordonnée.

De plus amples études sont nécessaires pour renforcer les conclusions de l’étude

Les données de l’étude suivante la méta-analyse indiquant des effets statistiquement significatifs du yoga pour les symptômes du SSPT. Tandis que le yoga n’est pas supérieur aux interventions de contrôle d’attention, son effet véritable est différent de l’effet estimé. L’applicabilité des conclusions est limitée dû au fait que la majorité des études, à l’exception d’un, ont été menéau l’Amérique du Nord. Une limite importante est que cette revue a aussi utilisé des mesures d’auto-évaluation qui sont moins fiables et moins précises. L’utilisation des critères diagnostiques appropriés est un facteur important pour des études futures. Plus de recherches de qualité élevée est important pour renforcer les conclusions de cette étude.

 

Écrit par : Sonia Leslie Fernandez, Écrivain du Medical News Bulletin
Traduit par : Paige Ross

Sources :

Cramer, H., Anheyer, D., Saha, F. J., &Dobos, G. (2018). Yoga for posttraumatic stress disorder–a systematic review and meta-analysis. BMC Psychiatry18(1), 72.

Facebook Comments

How much did this article help your understanding of this health condition?

0 1 2 3 4 5