estrogen
Reading Time: 5 minutes

Une étude récemment publié dans le journal Biomedicine and Pharmacotherapy à analyser l’oestrogène, qui est à la fois essentiel et antagoniste pour le corps humain.

L’oestrogène, souvent considérée comme l’hormone féminine mais en-fait les hommes et les femmes le possède. Considérée comme hormone sexuelle, l’oestrogène joue un plus grand rôle qui dépasse les fonctions sexuelles et reproductrices. L’oestrogène impact plusieurs processus physiologiques telles que la santé cardiovasculaire, le métabolisme osseux, la cognition et la croissance osseuses, entre autres. Au cours de la puberté, les niveaux d’oestrogène sont élevées jusqu’à la périménopause, où ils commencent à s’épuiser. La ménopause arrête presque entièrement la production entraînent une sensibilité à de nombreux états pathologiques. La famille oestrogène comprend principalement trois hormones stéroïdiennes: oestrone, oestradiol et oestriol. L’oestradiol, produit par les ovaries, est l’estrogène le plus potent et dont le plus important.

L’enzyme aromatase est indispensable à la production d’oestrogène

Les estrogènes provenant des androgènes, les précurseurs des hormones mâles, dans une démarche complexe qui s’appelle l’aromatisation, contrôlé par l’enzyme aromatase. Le rôle de  l’aromatase est indispensable à le contrôle de la production d’oestrogène. Une anomalie d’activité aromatase peut perturber le taux d’oestrogène dans l’organisme et peut entraîner des affections telles que le cancer du sein, le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), endométriose, l’ostéoporose, le cancer ovarien, gastrique et pituitaire, maladies neurodégénératives et les complications pour les personnes transgenre.

Sa caractère opposé et son double nature intrigue. Il joue un rôle important pour la santé et les aliments. Les scientifiques cherchent à mieux comprendre le vaste rôle d’oestrogène dans le corps.

Un article récemment publié dans le journal Biomedicine and Pharmacotherapy examine le rôle important d’oestrogène dans la santé humaine et aborde les divers facteurs cruciales pour maintenir l’équilibre. Les auteurs ont aussi souligné les effets des agents inflammatoires ordinaires qui imitent l’oestrogène et donc une dominance d’oestrogène. De plus, les chercheurs ont souligné l’importance des récepteurs d’oestrogène, les maladies liées à l’oestrogène et la réglemente des taux d’oestrogène.

Le rôle de récepteurs d’oestrogène

Les récepteurs d’oestrogène, les protéines se lient à l’oestrogène, assurent la médiation des effets d’oestrogène. Quelques-uns des effets sont important pour la santé générale de l’organisme, tandis que quelques-uns des effets causés par la liaison des récepteurs à l’oestrogène peuvent entraîner la progression de la maladie.

Il existe plusieurs mécanismes dont laquelle les oestrogènes peuvent transformer l’organisme au niveau cellulaire. Le mécanisme d’action principale de l’oestrogène est la liaison au récepteurs d’oestrogène. Les récepteurs d’oestrogène se trouvent dans le nucléus, le cytoplasme et le mitochondrie des cellules.  Les variations génétiques causent de plusieurs types de récepteurs d’oestrogène, dont le plus commun sont des récepteurs d’oestrogènes alpha et beta.

Les oestrogènes se diffusent dans les cellules et se lient aux récepteurs. Ce complexe de récepteur oestrogène entraîne plusieurs interactions avec des protéines et cause les niveaux d’ARNm d’augmenter ou diminuer et la production des protéines associées et aussi une réponse physiologique. L’activité d’oestrogène est notamment élevé dans les tissus dont-il se trouve beaucoup de récepteurs d’oestrogène, telles que les ovaires, les seins, les reins et les os.

Tandis que les récepteurs d’oestrogène alpha et beta ont des fonctions biologiques différentes, un équilibre entre ces deux types d’activité des récepteurs dans les tissus qui stimule ou inhibe la signalisation d’oestrogène. Des études ont démontré que le rapport relatif entre des types de récepteurs contrôle l’action net des oestrogènes dans l’organisme.

L’association entre les récepteurs d’oestrogène

Il existe plusieurs d’études indiquant une liaison entre l’oestrogène et le développement d’un cancer du sein. Il est bien établi que le complexe oestrogène-récepteur stimule la prolifération de cellules du sein, augmentent de ce fait le risque d’une erreur de multiplication des cellules et des mutations. Pour le type de cancer du sein ER+ la liaison de l’oestrogène au récepteur entraîne le hyperplasie épithéliale cancéreux. Le cancer ovaires, poumon, gastrique, hépatique, de la prostate, endométriale et pituitaire sont d’autres types de cancer causées par les taux élevés.

D’autres maladies causées par un déséquilibre d’oestrogène

Il est normal d’avoir des taux d’oestrogène qui varient de jour à jour, ou dans le même jour à des moments différents, mais il peut mener à des problèmes de santé. Les niveaux d’oestrogène élevées ont été liées au syndrome des ovaires polykystiques, entre autres, caractérisé par les symptômes telles que l’alopécie, l’aménorrhée, l’infertilité, le diabète de type 2 et la dépression. Quelques autres conditions causées par l’oestrogène élevé sont des maladies auto-immunes, tel que la maladie systémique lupus érythémateux et la sclérose en plaques, la prolifération du tissu du sein mâle et l’hypertrophie mammaire.

Un niveaux d’oestrogène inférieur à la normale est associée à l’ostéoporose arthralgie, la maladie d’Alzheimer, la schizophrénie et la maladie de Parkinson. Un faible niveaux d’oestrogène incite également une mauvaise homéostasie du glucose menant de l’adiposité, une résistance au glucose et l’augmentation des risques de maladies cardiovasculaires et de diabète.

Quelle est la cause d’un déséquilibre d’oestrogène

La cause naturelle des niveaux d’oestrogène inférieure à la normale est le vieillissement. C’est aussi possible de le provoquer par exemple avec une ovariectomie, l’usage des inhibiteurs d’aromatase, ou l’utilisation de certains médicaments telles que les antidépresseurs, les opiates, les antihypertenseurs, les antimalariques et les médicaments anticancéreux. Le tabagisme peut aussi être responsable d’inhiber l’activité de l’aromatase. Utilisant certains produits ménagers et produits de soins personnels contenant des produits chimiques perturbateurs du système endocrinien tels que les parabens, les phtalates, les benzophénones, le bisphénol A (BPA), les pesticides et les bornes incendie sont associés à des propriétés oestrogéniques. Ces chimiques imites l’oestrogène et se fixe aux récepteurs d’oestrogène qui affecte le processus de signalisation d’oestrogène. Ces expositions, soit délibéré ou involontaire entraînent un déséquilibre d’oestrogène et d’autres problèmes de santé.

Comment peut-on régler l’équilibre d’oestrogène ?

De nombreuses études ont été commandées pour mieux comprendre la réglementation précise de l’oestrogène et ses récepteurs. Les chercheurs continuent leurs travaux sur les questions sans réponse. Ce que les études ont mis en évidence est que l’oestrogène est une hormone puissante et délicatement équilibré indispensable pour une vie saine. Le traitement hormonal substitutif est une option pour rectifier les niveaux d’oestrogène, mais c’est encore une tâche complexe. Minimiser l’exposition aux produits chimiques perturbateurs du système endocrinien et les substances inflammatoires qui entraînent une augmentation de l’activité d’aromatase peut retarder ou prévenir le déclenchement des maladies liées aux déséquilibre d’oestrogène.

Une balance délicate doit être maintenu

Pour conclure l’équilibre de l’oestrogène est important pour le maintien d’une bonne santé. De nombreuses conditions pathologiques sont associées aux niveaux d’oestrogène élevées ou faibles. Donc, un équilibre délicate doit être maintenu. En plus de ces facteurs physiologiques, des déclencheurs environnementaux peuvent affecter les taux d’oestrogène. Les produits chimiques toxiques et les polluants quotidiennes réagissent comme des perturbateurs du système endocrinien et perturbant l’équilibre de l’oestrogène. Des changements de le mode de vie pour éviter ces chimiques dans l’air, l’eau, les pesticides ou dans les cosmétiques, est une étape important pour assurer un bon équilibre d’oestrogène. Les auteurs suggèrent que les autorités devront présenter des mesures de contrôles pour protéger le public des substances chimiques nocives.

Écrit par : Preeti Paul
Traduit par : Paige Ross

Sources : Seema Patel et al., Estrogen: the necessary evil for human health, and ways to tame it. Elsevier-Biomedicine and Pharmacotherapy 102 (2018) 403-411 https://doi.org/10.1016/j.biopha.2018.03.078

Facebook Comments

How much did this article help your understanding of this health condition?

0 1 2 3 4 5